La pensée post-moderne

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Une approche postmoderne à la théologie, la philosophie ou à l’apologétique chrétienne est souvent caractérisée par plusieurs points : (1) la critique de la connaissance est acceptée  comme point de départ pour toute exploration philosophique; (2) la suspicion que la capacité humaine de raisonner ne peut saisir beaucoup de vérités…ou, même, aucune (ceci est souvent accompagné de l’accent qui est mis sur les émotions ou le cœur, comme dans la célèbre phrase de Pascal: « Le cœur a ses raisons, que la raison ne connaît point. »); (3) une emphase mise sur l’interprétation du monde, ou sur l’herméneutique de l’être, de la vie humaine, de ce monde, etc..(la manière dont les êtres humains comprennent ce qui se présente à leurs sens—soit par les visions du monde, soit par des catégories de l’interprétation ou de sens) est vue comme essentielle aux questions épistémologiques de la théologie, la philosophie, et l’apologétique chrétienne (ici on fait souvent appel à des « traditions » ou « cultures » comme déterminant le sens ou l’interprétation des phénomènes, et, donc, comme ce qui détermine ce qui est vrai ou faux); (4) une emphase est souvent mise sur la vérité comme cohérence (parfois accompagnée par le mépris de la théorie de correspondance); (5) une emphase est souvent mise sur la processus ou méthode de découverte comme la manière de déterminer la vérité des conclusions; et (6) l’affirmation dogmatique d’une tradition quelconque, qui doit être acceptée comme vrai pour comprendre le monde qui nous entoure (par exemple, la théologie dogmatique de Karl Barth, la philosophie dogmatique athée de Martin Heidegger, ou l’apologétique dogmatique de Cornelius Van Til). Il n’est pas nécessaire que chacun de ces éléments soient présents pour qu’une position soit considérée comme postmoderne, mais ils vont souvent ensemble.

David Haines

David Haines

David Haines est titulaire d’un BTh., une M.A. en philosophie de Southern Evangelical Seminary, et PhD en philosophie de l'Université Laval. Ses recherches doctorales portent sur la question de l’être comme aborder par Platon, Aristote, et Martin Heidegger. David est aussi le fondateur et président de l’Association Axiome. Il fait des recherches avancées en théologie et philosophie, tel que, l’exégèse de l’épître de Paul aux Romains, la théologie naturelle, la métaphysique, l’épistémologie, la philosophie morale, et la philosophie Aristotélicienne-thomiste. David et son épouse Laury sont mariés depuis 2005, et ont 4 enfants.

Laisser un commantaire